Archives du mot-clé voyage

Un mois au Cambodge

Pour mon premier voyage en Asie, j’ai choisi de me rendre au Cambodge. Coincé entre la Thaïlande, le Laos et le Vietnam ce pays d’environ 15 millions d’habitants s’ouvre petit à petit au tourisme. Les Khmers sont majoritairement bouddhistes, souriants et accueillants. Dans un climat tropical et des paysages variés vous découvrirez son incroyable Histoire.

Je suis partie le 20 Novembre de France pour arriver juste à la fin de la saison des pluies avant qu’il ne fasse vraiment trop chaud. C’est à Siemp Reap que j’ai retrouvé mes deux amis de toujours avec qui j’ai découvert cette partie du monde.

  • Siem Reap et les temples : 

Dès l’arrivée à l’aéroport c’est une claque de chaleur et d’humidité. Il faut garder sa patiente pour les contrôles d’entrée et de visa. J’avais acheté le mien sur internet pour aller plus vite avant de partir (32 €). Mon bagage est évidemment resté à Bangkok mais il a pris le vol suivant et l’aéroport me l’a donc livré directement à l’hôtel. La première chose à faire est de retirer des dollars. Vous payez en dollars et on vous rends des riels en général. Petit à petits il deviendra plus intéressant de payer avec la monnaie du pays, apprenez à négocier, vous pourrez diviser le coût de votre voyage par deux. Il y a des restaurants partout et la cuisine khmer est particulièrement délicieuse et abordable. Pour ne pas être trop dépaysé à l’arrivée, offrez vous un cocktail sur Pub street, la bière est vraiment très peu cher !

IMG_3229

Les trois premiers jours ont été consacrés à la visite des temples d’Angkor. Ce site archéologique classé au patrimoine mondiale de l’UNESCO ravira les yeux des enfants et des amateurs d’histoire. Cachés dans la forêt paisible du Nord, les temples de l’ancien empire Khmer (IXème au XVème siècles) sont l’atout touristique du pays. Le plus grand et le mieux conservé Angkor Vat est également le plus connu. Majestueux et enchanteur, essayez de le visiter entre midi et deux pour éviter les bus chinois et Coréens qui, heureusement, sont rapides et peu intéressés par les autres constructions. C’est la saison parfaite il ya encore de l’eau dans les bassin, si le soleil se cache, il revient très vite.

Jour 1 : Puisque c’est agréable et écolo vous pouvez louer un vélo à Siem Reap pour 2$/jour. Demandez ensuite à un Tuk-tuk de vous emmener acheter un billet d’entrée (très cher : 62$ pour un pass 3 jours), puis à la porte du site. Pensez à l’eau, il fait très chaud, et au k-way en cas d’averse. Faites la visite à votre rythme c’est tout de même une petite trotte.
Jour 2 : Prenez cette journée pour les temples les plus éloignés, notamment Banteay Srey, la citadelle des femmes à 37 Km au Nord de Siem Reap. Le Roi le fit construire pour l’élue de son cœur. En pierre rose, il est orné de nombreuse sculptures d’Apsara, des nymphes d’une grande beauté. Nous avons négocié 12$ de tuk-tuk pour la journée, à 3 presonnes.

IMG_1193
Jour 3 : Consacré le dernier jour aux temples les plus connus (Angkor Vat, Ta Prohm) prenez le temps de vous balader, de profiter de l’atmosphère. N’hésitez pas à emporter votre guide de voyage il y a souvent de belles explications sur les lieux, leur décor, leur contexte.
Nous avons dormi dans la guesthaouse tout à fait correct Season square villa comptez 7$ la nuit/personne.

  • Battambang

Départ en bus aux alentours de 8H00. Environ 4H30 de trajet depuis Siem Reap pour 12$. Demandez à l’hôtel par mail de vous envoyer un tuk-tuk à l’arrivée avec votre nom, c’est beaucoup plus simple et vous serez sûr qu’on vous emmène au bon endroit. Nous descendons au Blue Diamond. Ce n’est pas au centre mais il y a une piscine, tout est neuf. Un bon restaurant. Les chambres sont vraiment spacieuses, comptez 3$ pour un plat, 5$ par nuit.

IMG_1737

Battambang est la deuxième plus grande ville Cambodgienne par sa population, il est agréable de s’y promener, de repérer l’architecture coloniale Française encore présente par endroit. C’est assez charmant et tranquille. Le marché est inévitable pour se plonger dans la culture, les odeurs. Vous y trouverez de quoi vous restaurer, des épices, des bijoux, des manucures…

Après la promenade, nous nous sommes offert un moment au Vanak massage (En face du madison corner). Prestations dispensés par des aveugles qui connaissent très certainement votre anatomie et ses points les plus sensibles. Bien que nous ayons demandé la formule Medium, la séance est très énergique. Pour le moment de bien-être on repassera, c’était plutôt rouleau compresseur. Cependant, les jours suivants on se sent mieux.

Pour nous remettre de nos émotions nous nous sommes arrêtés dans le bar d’à côté, le Madison Corner. Très joli hasard qui nous a permis de rencontrer Patrice Belin, patron Français du lieu. Amoureux du Cambodge, il y vit depuis 12 ans. Il vous contera son histoire, sourire aux lèvres. Si vous êtes sage, peut être pourrez vous déguster le rhum local bio de Kampot. N’hésitez pas à lui poser des questions en rapport avec ce que vous aimeriez faire (manger du chien, vous faire tatouer au bambou, vous balader en bateau, sports extrême…) il connait le pays et beaucoup de monde.

IMG_1709

Le lendemain, prenez un tuk-tuk pour la demi journée. Allez vous promener paisiblement du côté de Wat EK Phnom. Un joli petit temple en ruines orné de fleurs sauvages et un immense bouddha blanc. Au retour, arrêtez vous le long de la route pour découvrir les artisans qui préparent les feuilles de riz. Mangez un rouleau de printemps et un nems, plus frais c’est impossible !

IMG_1722IMG_1725

  • PURSAT/ KAMPONG CHHNANG

Franchement la ville de Pursat ne nous a pas tapé dans l’oeil. On y arrive facilement par le bus. Nous avons logé dans un hôtel de base environ 5$ la nuit, le Than Sour Tmei . Il y a une petite vendeuse à gauche en sortant qui fait des plats pour le soir, sinon en face le sky bar un endroit un peu douteux ou la carte est excessivement cher.

L’idée était juste d’y passer la nuit afin de nous rendre le lendemain à Kampong Chhnang. Le village flottant sur le lac Tonle Sab est magnifique. On embarque sur un petit bateau qui durant une heure vous fera traverser la vie particulière des habitants. La station service, l’église , l’école… posées sur l’eau. Lorsqu’une bonne place est disponible ou s’il faut faire une réparation, les habitants déplacent carrément leur maison et c’est un spectacle assez incroyable.

IMG_1774

IMG_3315

  • PHNOM PENH

Et du bus et du bus ! Pensez à recharger votre playlist et vos écouteurs, la lecture est parfois difficile étant donné la conduite sportive, le karaoké et le chant du coq. De Pursat, Comptez une bonne journée pour arriver jusqu’à la capitale.

Nous n’avons pas passé beaucoup de temps en ville. Mais il y a énormément de choses à voir. Se promener sur les quais le long du Mékong, un petit côté promenade des anglais. En soirée, les arbres se parent de lumières c’est agréable d’y siroter un verre.

Un moment inoubliable du voyage et l’un de mes coups de cœur malgré ce qu’il représente : la visite du S21. Musée du génocide comme l’appellent les guides. Je l’ai plus ressenti comme un espace de recueil, de mémoire. Cette ancien lycée construit par les français est tristement devenu un centre de torture durant la folie du régime Khmer rouge. Bien que l’on puisse avoir une notion de qui était Pol Pot et savoir qu’une guerre civile à eu lieu au Cambodge, cette visite nous permet vraiment de nous rendre compte et de comprendre ce qui à put se passer entre 1975 et 1979. Comment en 4 ans , 1,7 millions de personnes sont mortes dans leur pays, sous les coups d’une révolution manquée, devenue absurde et incontrôlable. A cette époque en France, on ne croit pas vraiment aux cris des victimes, Pol Pot à fait ses armes au Pati Communiste Français et fréquenté les bancs de la Sorbonne, il y rencontre d’ailleurs un certain Jacques Vergès qui le défendra plus tard. Réticente au départ, j’ai eu peu d’un Disneyland de l’horreur comme peut l’être le musée du World Trade Center. Ce n’est pas du tout le cas. C’est une promenade solitaire à travers l’histoire. Je vous recommande fortement l’audio-guide très bien réalisé, qui permet l’écoute de témoignages, de musique, de discours… On vous donne les infos, c’est à vous de les intégrer. Pas de voyage au Cambodge sans comprendre ce passé qui marque encore les esprits de chacun des sourires que vous croiserez. Les personnes qui ont 43 ans actuellement ont vécu cette horreur, c’était hier. La population dont une génération entière a été décimée possède une moyenne d’âge de 22 ans, pour vous donner une idée.

Pour se détendre on va manger au restaurant Frizz 67, Oknha Chhun St. (240) . l’endroit parfait pour déguster la cuisine Khmer, leur Beef salade est délicieuse. Faites ensuite un tour au marché Russe. Vous y trouverez de tout cependant c’est assez cher, pour les baskets et autres articles de marque, je vous conseils plutôt d’organiser un voyage au Vietnam.

IMG_1819

Notre hôtel : Royal Guest House était très bien, petit déjeuné copieux et en face d’un bar a cocktails. Proche du marché central, c’est toujours agréable de se promener le long des allées pour s’imprégner de l’atmosphère de la ville.

L’entrée du palais royal est fixée à 11$, il faudra se pousser pour ne pas être sur les photos des touristes. C’est à voir parce qu’il reste peu d’histoire du pays après les destructions en masse du régime Khmer rouge, ça dépayse mais rien d’extraordinaire. Attention, certaines partie sont fermée quand le roi si trouve, à vérifier.

IMG_3393 2IMG_3437

Pour finir nous avons grimpé jusqu’au temple de Wat Phnom qui domine la ville de 27 mètres. Juste en dessous, l’ancien quartier Français.

IMG_3355

  • SIHANOUKVILLE

Et oui, au Cambodge il y a aussi la plage. La ville est posée tout au bord du golf de Thaïlande c’est probablement l’une des eaux les plus chaudes où je me suis baignée. La ville en elle même n’a vraiment rien de magique. Son marché est le même qu’ailleurs. En pleine ouverture au tourisme, les promoteurs immobiliers ont la main mise ici. Les constructions poussent partout et à cause de la chaleur certains chantiers ont lieu la nuit…évitez que ce soit derrière votre hôtel. La pluie n’est pas rare le long des côtes, vérifiez la météo. Quelques casinos ; apparemment un haut lieu de la fête Vers le centre. Nous n’avons ni vu ni entendu grand monde à cette période. L’immense plage d’Otres pourrait être magnifique mais ici la prévention quand à la pollution n’a pas encore eu lieu. On jette ses détritus à la mer et forcément…Ils reviennent.

IMG_3503

Pour ceux qui sont plus bolas, feu au bord de la plage champignons et crustacés vous trouverez de nombreuses auberges de jeunesses à Otres beach dont le nom évoque leur « coolilitude ». (Mushroom Point, the green place…). Nous avons choisi plus traditionnel mais au bord de l’eau : Otres long Beach Bungalow II.

Nous avons tout de même passé quelques jours sur la plage. Bronzage ou cours de yoga avec Marta (5$/h; Tel What’s app : +855 97 284 0537). Il est agréable de faire un tour sur les îles. Un bateau vous emmène toute la journée pour 12$ par personne vers Koh Russei, Koh Rong Salem, Koh Ta Kiev… Vous pouvez aussi pour quelques dollars en plus organiser votre propre tour.

IMG_3527

  • KAMPOT/ KEP

Elue à l’unanimité meilleure ville de notre séjour au Cambodge, Kampot est apaisée, sereine, jolie. Un petit café hipster pour le matin, un restaurant face à la rivière le soir, il y fait bon vivre. Pour ne rien gâcher, nous étions dans une guest house tenue par des Cambodgiens parlant encore le français. Ils adorent parler la langue et pourront vous aiguiller sur ce qu’il y a voir et à faire. Le père, aux heures de sieste, en toute intimité vous racontera sa vie et ses souvenir du régimes Khmers rouge, ses doutes quand aux nouvelles générations. Le fils préparera vos billets de bus. Il nous a beaucoup aidé pur notre départ au Vietnam.

De Kampot, vous pouvez prendre un petit van et vous rendre à Kep en une heure. Il y a la plage mais c’est également l’endroit idéal pour déguster des petits crabes grillés au poivre de Kampot, la spécialité. Le marché au poisson, un peu plus haut dans la ville est très authentique.

IMG_3785

A faire, c’est obligatoire : le cours de cuisine proposé par le Khmer Roots cafe. Le chef est très attentif et vous expliquera tout pour faire vous même votre lait de coco, votre pâte de curry. C’est une très belle façon d’échanger, de comprendre la culture. Vous en sortirez avec plein de recettes à reproduire à la maison (je vous en donnerai quelques-unes dans un article spécial). Bien que pleine de saveur, la cuisine khmer n’est pas trop épicée. Avec quelques ingrédients de base vous pouvez faire toutes sorte de plats. Nous avons eu la chance de partager ce moment avec les blogueurs du site International cuisine, leurs photos et recettes vous en diront encore plus.

IMG_3666 2

Passez ensuite par la plantation de poivre. Immanquable. Le poivre de Kampot est l’un des plus réputé au monde. Vous apprendrez tout sur les secrets de fabrication. (Pour ceux qui n’auraient pas le temps, j’ai promis de faire un article dédié et un Lannister…pardon). Cette journée fût notre journée préférée et elle nous a coûté en tout et pour tout 20$ par personne.

IMG_2307

Un second jour peut être consacré à la découverte des campagnes Cambodgiennes. Passage par le Secret lake (secret car c’est Pol Pot qui en a ordonné la construction afin de créer des réserves d’eau. Bonne initiative sauf qu’évidemment les ouvriers, forcés au travail, sont nombreux a avoir laisser leurs âmes au fond. C’était là ou il ne fallait pas aller, ce qu’il ne fallait pas dire).

IMG_3609

Un petit pique-nique au bord de l’eau puis la découverte des caves du temple Phnom Chhngok. Impressionnant ce creux dans la montagne ou depuis des siècles on imagine une histoire. La visite est menée par des enfants malheureusement trop jeunes. « Regardes ici l’éléphant, vois tu ses oreilles ? », des jeunes filles aux pieds agiles et aux yeux de lynx vous entraînent dans une descente périlleuse afin que vous puissiez admirer les chauves-souris qui se cachent là. La bienséance dirait de ne pas leur donner d’argent, que cela les décourage d’aller à l’école.Le cœur donne quand même. Restez raisonnable sur le pourboire. Sur le retour arrêtez vous le long de la route pour déguster un jus de cannes à sucre.

IMG_3570

Pour finir en beauté et sur une belle impression du Cambodge, profitez du coucher de soleil à bord de l’un des bateaux qui vous attendent le long du fleuve. Départ vers 19H00 à l’heure où les crevettiers rentrent au port.  60 minutes de balade, une boisson offerte et même quelques lucioles.

IMG_3112

J’espère que vous apprécierez le  Cambodge autant que moi, je suis à votre écoute pour toute question.

A très vite pour la suite.

 

 

 

 

 

 

 

La cuisine Mexicaine

Bonne nouvelle pour les gourmands et gourmets, la « cocina mexicana » est classée au patrimoine culturel immatériel mondial de l’Unesco. Elle est donc à la fois traditionnelle et contemporaine, inclue les ingrédients majeurs du pays et représente le Mexique en dehors de ses frontières. Riche et variée, elle mélange différentes influences ancestrales. Des Aztèques aux colons hispaniques qui apportèrent avec eux leurs esclaves et donc certaines traditions africaines. Elle est aussi mixte que sa population et c’est tant mieux !

Si lors de vos soirées mexicaines, vous cuisinez des fajitas, pensez nachos et burritos… vous êtes complètement à côté de la plaque. Vous confondez avec la cuisine Tex-Mex, plutôt en provenance du Texas ou de la Californie, influencée bien sûr par certains plats mexicains. Vous trouverez sûrement un burrito tout au Nord du pays mais ce n’est pas vraiment représentatif de ce que vous mangerez dans une  vraie cocina économica (petit restaurant de famille).

@aliceemorine
La Chaya Maya, restaurant, Mérida @aliceemorine

Pas de complexe au Mexique, on grignote entre les repas et même on en fait plein. En gros, on mange quand on a faim, quand on veut. Entre le petit déjeuné souvent tôt le matin, le repas vers 15H00 et le diner vers 22H00, vous trouverez dans la rue, au bureau, partout, des vendeurs ambulants avec une glacière ou une petite remorque à roulette. Ces restaurants de rue vont jusqu’à installer quelques tabourets devant un comptoir, c’est ce que l’on appel les «puestos». Les nouveaux Hipsters et leur « Food truck » pardon mais pour l’originalité c’est zéro 😉

Quand est ce qu’on mange quoi ?

Les ingrédients principaux sont : le maïs, dont la farine permet de faire les tortillas (incontournables comme le pain en France), le piment sous toute ses formes, les frijoles (purée de haricot rouge), la tomate et l’avocat. Simplement à partir de cela les recettes se déclinent à l’infini.

  • Le matin : 

Attention, au Mexique on mange piquant dès le réveil, par exemple, un bol de Chilaquiles : Ce sont des morceaux de tortillas frites et séchées plongés dans une sauce verte ou rouge (choisissez votre piment), souvent accompagnés de crème fraiches, d’oignon et de petits morceaux de fromage frais. Parfois d’un oeuf dur ou de morceaux de poulet. impossible de ne pas essayer, moi j’adore !

Los Huevos al gusto : les oeufs comme vous les voulez à la sauce mexicaine, au plat, en omelette…no pica ! (ne jamais croire un mexicain qui vous le dit).

Les Tamales :  De la pâte de maïs farcie avec de la viande ou des fruits. Cuits à la vapeur dans une papillote confectionnée avec les feuilles protégeant l’épis de maïs. Vous en trouverez toute la journée au coin des rues et surtout à Oaxaca dont c’est l’une des spécialités.

tamales-993004__340
Tamales

Pour votre café sachez que bien que le pays soit producteur, la plupart du temps lorsque vous le commanderez on vous apportera un café de Olla c’est un café très très flotté avec du sucre et de la cannelle. C’est assez bon mais cela ressemble plus à un thé. Si vous aimez le café serré on vous servira un Nescafé soluble. Les addicts devront s’armer de patiente et aller visiter les plantations du Chiapas.

Le jus d’orange :  Pressé directement dans la rue devant vous ou un Liquado (mixte de banane avec d’autres fruits de votre choix et un peu de lait), les fruits c’est la vie !

  • A midi :

La pause repas se situe autour de 15H00 mais vous trouverez de quoi vous restaurer un peu partout si vous voulez grignoter entre temps. A savoir:  « antojitos » = snacks.

Les Tortas : un sandwich dans du pain coupé en deux et rempli de divers ingrédient à votre guise. Avocat, fromage, mayonnaise, viande froide… souvent très copieux et délicieux.

Les empanadas : Ce sont de petit chaussons farcis en fonction de la région. Pomme de terre, oeufs, viande, légumes.

Tlayuda: il s’agit d’une grande tortilla de maïs craquante sur laquelle on dispose une couche de frijoles, des tomates, des oignons, du fromages, de l’avocat puis la viande de son choix. Poulet, bifteck.

Quesadilla :  les quesadillas sont des tortillas de maïs chaudes pliées en deux et fourrées de queso (fromage) c’est un des symboles culinaires du Mexique, vous ne pouvez pas revenir sans en avoir mangé une. Ci dessous servies avec du riz et une purée de frijoles.

quesadilla-1885621__340
Quesadilla

Mollete: Tartine de frijoles avec un peu de fromage sur du pain tranché

Enchiladas : tortillas généralement frites recouvertes de sauce verte ou rouge et servie avec du riz ou des frijoles.

mexican-food-266232__340
Enchiladas
  • Le soir

Après une journée à grignoter dans la rue, le soir on mange plutôt léger au Mexique.

Un cuerno (croissant au jambon ou sucré), pasteles (pâtisseries) et café.  Ce moment c’est ce que l’on appel un cafecito.

Pour ceux qui manger salé cela peut être un Esquites : Un gobelet rempli de grains de maïs avec un peu de leur eau de cuisson, des petits morceaux de piment, beaucoup de mayonnaise, une larme de citron et du piment en poudre. Les Elotes, c’est exactement la même chose sauf que l’on vous vend l’épis de maïs entier.

corn-2704899__340
Elotes

Un simple bouillon ou une soupe = caldo (en général il y a la dose de coriandre dans tout les plats = el cilandro).

Les Grandes spécialités à tester obligatoirement :

Vous le trouverez tout les jours partout et à n’importe quelle heure il est LA star Mexicaine, le TACOS.

plugs-2456040__340
TACOS

Dans de petites tortillas chaudes vous choisissez votre viande (poulet, pastor, bisteck, costilla…) beaucoup de variantes et de choix, attention tout de même à poser les questions quand vous ne savez pas, par exemple le tacos de nana = l’utérus de porc.    Ceci est agrémenté de petits carrés de tomates et d’oignons blancs, de coriandre et d’un trait de citron vert. A tremper allègrement dans la sauce piquante, s’en mettre partout et s’ «enchiller » (se bruler la bouche avec le piment).

Barbacoa : Le repas du weekend quand on vous invite, c’est délicieux. Le barbecue Mexicain. La viande de mouton ou de boeuf est cuite longtemps à la vapeur jusqu’à devenir très tendre. On la mange ensuite dans des tortillas et avec l’eau de cuisson on fait un bouillon dans lequel on rajoute pois chiche et coriandre.

Le Mole : c’est une sauce à base de piment séchés (chipotle), de chocolat, tomates, cacahuètes et de sésame.                                                                                                                  Le mole poblano (de Puebla), le mole negro vient de Oaxaca.                                                      Ces sauces sont souvent servies sur du poulet.

Le CEVICHE : Si vous vous rendez près de la mer ou de l’océan. Il s’agit d’un tartare de poisson. Celui ci est coupé en petit dés et mariné dans du jus de citron. On y ajoute des petits morceaux de tomates, des dés d’oignon blanc, de la coriandre ciselée, un peu d’huile d’olive et un avocat. Frais et léger.

Le Guacamole :  Haaa ! Enfin, on croyait qu’elle ne parlerait jamais de lui ! Evidemment il y a du « guacamolé » au Mexique. En apéro, pour tremper vos tacos… Pour eux, c’est très classique ils n’en font pas tout un queso. C’est la mayo du frigo. La recette varie selon les goûts et les familles le VRAI guacamole n’existe donc pas, c’est un mythe. Avec deux avocats bien mûrs, réalisez une purée avec votre fourchette pour garder une consistance et quelques morceaux, l’huile coude c’est la clé oubliez vos instruments de cuisine. Ajouté un oignons blanc coupé en dés, quelques cubes de tomates, quelques feuilles de coriandre, du jus de citron vert … pas de crème en général. A déguster avec des totopos (tortillas frites coupées en rond)

avocado-1452326__340
Guacamole

Les Pastes : Les pastes sont une spécialités de la ville de Pachuca en Hidalgo. Ils ont été importés par les colons anglais. Il s’agit de farce (viande et pommes de terre, poulet, pommes… ) enveloppée dans une pâtes feuilletée, vous connaissez les Pastries anglaises ? Quand je penses que je vais devoir prévoir un voyage à Londres pour vous montrer…

pastries-2133439_960_720
Pâtisserie anglaise

Le Nopal : Le monde entier est un cactus et le nopal en est un qui se mange. Une fois qu’ on a enlevé les épines et épluché la peau, le cactus ressemble un peu à un haricot vert dans l’aspect et dans le goût, un poil baveux, c’est bon.

Les escamoles : Des oeufs de fourmis, et oui ! C’est un peu plus cher dans votre budget, la récolte n’est pas si facile, le caviar Mexicain.

Chapulin : Traduction de sauterelle. Vous les trouverez grillées, salées parfois pimentées. Elles croquent sous la dent. Une fois passé l’aspect visuel ce n’est pas désagréable, le goût n’est pas spécial, on sent surtout le sel mais elles sont pleines de protéines. Les insectes c’est l’avenir, habituez vous !

Le chicharon :  Il s’agit de la peau grillés du cochon, tout est bon !

Il y a encore j’en suis sûr, des milliers d’autres déclinaisons de ces spécialités Mexicaines, je ne vous ai parlé que des plus connues. Bien entendu, encore plus que pour le reste les photos ne pourront que vous mettre l’eau à la bouche, il faut aller goûter même si c’est dans un restaurant en France ! Attention ne vous faites pas avoir vous trouverez beaucoup de Tex-mex.

DSC_0561
Boucherie sur le marché de Tlacolula, Oaxaca @aliceemorine

Les photos de repas de cet article ne sont pas toutes les miennes, les autres proviennent du site pixabay.com dont les images sont gratuites et libres de droit. ce qui n’empêche pas d’en remercier les auteurs. 

3. LE CHIAPAS, montagnes, jungle et climat tropical.

Je vous propose de nous enfoncer dans les terres Mexicaines. Entrons ensemble dans la « selva ». Vous souvenez vous de cette étendue infinie de forêt aperçue depuis les hauteurs des temples de Calakmul ? (cf : article sur l’état de Campeche) Nous sommes en plein dedans. Tout au sud de la république, le Chiapas est l’ouverture vers le Guatemala. Ses frontières sont très surveillées, la drogue qui remonte de l’Amérique du Sud ayant tendance à transiter par la jungle qui peut être dangeureuse. Vous ne savez ni « ce qui » ni « qui » s’y cache. Ne se promener qu’avec un guide. Pas de mer ni d’Océan ici, un climat tropical chaud et humide.  Vous allez dégouliner comme au sauna! Pas de panique, la nature est bien faite et vous trouvez moultes points d’eau et cascades magnifiques. Etat le plus pauvre du pays qui mixte des populations et des dialects très différents,  vous serez solicités à nombreuses reprises pour l’achat de souvenirs en tout genre. Les spécialités du coin étant le café, le cacao et le tissu brodé.

1. PALENQUE

IMG_8865

Au milieu des montagnes,  paysage tout a fait différent de ce que l’on a vu jusqu’ici. La ville est petite mais sympa, aller y faire un tour le soir. Boutiques souvenirs et cocina económica. Il y a moins de touristes que sur la riviera Maya mais tous concentrés au même endroit, sur la zona ecoturística.

Le site des Ruines, très proche de la ville est vraiment magnifique avec une jolie promenade dans la forêt. Le lieu est grand et très bien conservé. N’oubliez pas le musée avant ou après la visite et je vous conseil de los errores les serviles d’un guide, j’ai regreté de ne pas en savoir plus.

Les cascadas d’Agua Azul et Misol Ha: Vous aurez envie de vous tremper dans l’eau et pour cela quoi de mieux qu’une piscine naturelle et turquoise provenant d’une jolie cascade? J’ai decidé cette fois ci de partir avec un tour pour plus de securité et nous avons fait les deux cascadas sur l’après midi. Les Lieux sont vraiment magnifiques surtout Agua Azul.

IMG_9014

  • L’hôtel : Yaxkin Hostel Conseillé par le Routard, jolies photos, vue sur la jungle…j’avais hate d’y arriver ! Erreur ! Le personnel est absolument désagréable et se fiche royalement de votre présence. Le service de Lavanderia est très rapide mais excessivement cher. Pas à l’annonce des tarif, sinon nous aurions fuit, mais le linge n’est pas pesé devant vous et le poids est tout à fait gonflé puisqu’il dépassait à l’annonce finale le total de nos bagages à l’aéroport, c’est dire !!! Le wifi ne fonctionne vaguement que dans le hall et pour cause il s’agit en fait de celui du bar d’à coté. Le but étant de vous faire consommer à nouveau. Si les serveurs sont sympas, il ne faut quand meme pas pousser. Les chambres sont minuscules, vous ne faites pas le tour du lit et les 4 douches sont dans la meme minuscule pièce que les 4 toilettes de l’hotel, sans eau chaude. Bon vue la chaleur une douche froide suffit m’enfin…. le seul bon point est la proximité du lieu avec la terminale de bus. Trafis 197 pesos/pers/nuit. Vous l’aurez compris mon Avis : NUL  😦
  • Conseils Pratique : Pour arriver à Palenque depuis Merida, nous avons pris le Bus ADO de nuit (environ 8H00 de route) 467 pesos par personnes et aucun problème. Nous avons gardé nos gros sacs avec nous au dessus de nos têtes et nos sacs à mains sur nous. Le tout à été fouillé par scanner à la frontière du Chiapas mais vraiment de façon très rapide. Pour vous rendre aux ruines, le collectivo est à prendre du coté de la terminale de bus, juste en dessous. Cela vous coutera environ 40 pesos aller/retour. L’entrée au parc national s’élève à 32 pesos et 70 pesos pour l’entrée aux Ruines. Nombreux marchands de souvenirs sur place, marchandez les prix et comparez ils peuvent vraiment changer d’un stand à l’autre. Pour Agua Azul je suis partie avec la compagnie de tour TULUM pour être accompagnée. J’étais seule ce jour là et je vous conseils de toujours vous déplacer en groupe ou à deux. C’est la moins cher à Palenque 170 pesos pour le transport mais il faut compter en plus 30 pesos pour l’entrée de la cascade Misol Ha et 40 pesos pour Agua Azul.  A savoir : Prenez le minimum avec vous. La route Palenque/Ocosingo n’est pas sûre à la tombée de la nuit, si votre tour rentre après 17H00 cela peut être un peu risqué. Pas de panique pour autant mais restés vigilants.

2. Ocosingo :

Sur notre route pour Comitan, nous avons choisi de nous arreter à Ocosingo, juste une journée, pour visiter les ruines de Tonina. Vous serez les seuls touristes et vivrez donc quelques heures avec le sentiment d’etre de vrais explorateurs. Tout est beaucoup plus dans son jus, le marché, l’accent des habitants… Ici l’étrangé n’est pas roi et ça fait du bien. Nous avons dormi à la posada San José. Pas de réservation possible pour ce village il faut venir demander sa chambre sur place. Les ruines sont très belles, mais le site n’est pas immense. Le petit zoccalo avec les marchandes de tissus et les puestos est mignon. Cette étape est intéressante mais si vous etes tout juste en temps ou argent, vous ne raterez pas l’endroit du siècle en la supprimant.

  • L’Hôtel :La posada san José est très bien placée au centre du village. Proche des restaurants, commerces, terminales de bus. Vous trouverez tout les taxis et les collectivos en bas à droite du marché. Personnel très accueillant, la chambre est assez simple mais la salle de bain est propre, l’eau est chaude et le matelas assez tendre…what else.
  • Conseils pratiques :Pour arriver à Ocosingo, prendre le collectivo dans cette direction à Palenque, un peu plus loin que la terminale Ado sur la rue principale en direction du centre. Le bus pour les ruines se prend à la même terminal que là ou l’on vous aura déposés (demandé l’arrêt spécialement le chauffeur vous préviendra). Même endroit pour Comitan sauf que le trajet se fera en 2 fois avec un stop au village de Altamirano.

3. Comitan : 

Bienvenue à Comitan le villlage qui grimpe ! Le chiapas c’est les montagnes alors pour arriver au Zoccalo il faudra pousser un peu sur vos jambes.  l’air est un peu plus frais qu’à Palenque on respire mieux. Le centre de la ville est vraiment charmant, un joli jardin sur le Zoccalo, des musiciens y jouent jour et soirées. De nombreux restaurants, bars et puestos et plein de jolies églises, blanches, jaunes, bleue. Les rues sont très vivantes. Hors du centre vous trouverez aisément de grands magasins genre Bodega. Nous avons profité de notre séjour pour nous rendre à la cascade El Chifflon. Nous avons eu un peu peur à la vue du plan d’entrée de nous retrouver chez DisneyLand de la chute d’eau. (toilettes, boutiques souvenirs, zone de baignade, vendeurs de refresco…) Finalement tout cela est assez bien réparti sur le site pour que l’on oubli leur présence. La balade monte pas mal sur envrions 2KM, allez doucement, rien de vous presse. Différents points de vue sur ce lieu magnifique et plein de petites criques pour vous baigner dans une piscine d’un bleu turquoise.

  • l’Hôtel :Nous avons choisi la Posada Las Flores que vous trouverez également dans votre routard. Les responsables sont vraiment gentils et vous proposerons du café à moult reprises, au Chiapas on a envie de dire oui quitte à être un peu sur le 200 volts toutes la journée. les chambres sont des plus basic mais les matelas hyper confort, nous avions chacun notre lit et en étions très content ! les sanitaires et douches en revanches mériteraient un bon coup de propre voir de Karsher. Mon avis : ça va :-).
  • Conseils pratique :  de Ocosingo à Comitan il y’a deux collectivos le premier jusqu’à Altamirano pour 15 pesos le second jusqu’à l’arrivée 65 pesos. Ensuite c’est taxi ou grimpette pour retrouver le centre historique. Le bus pour El Chifflon à 60 pesos aller/retour, 30 à l’entrée de la cascade.

4.  San Cristobal de las Casas

IMG_9048

Probablement la citée la plus visitée du Chiapas, vous retrouverez tourisme et civilisation  dans cette magnifique ville lovée entre les montagnes. Préparez vos pulls et écharpes l’altitude monte, les degrés baissent. En soirée une petite laine est bienvenue. Il fait bon vivre ici, artistes de rue et musiciens animent les zones piétonnes, l’esprit révolutionnaire des Zapatistes humanistes flotte dans l’air, venez comme vous êtes. Jolies boutiques et beaucoup de vendeurs ambulants (Apprenez à dire non !! Oui, même aux enfants.) Nous vous conseillons de goûter un vrai chocolat chaud maya fort et amer une spécialité de la région. Entre deux verres de vins ou une assiette de boeuf Argentin, laissez vous surprendre par les villages de Zinacantan et  San Juan de Chamula bien plus isolés. Vous découvrirez la façon dont les habitants de San Juan ont réaménagés l’église du village entre bougies et épines de pins. Les hommes vêtus de longue tuniques en poils noirs et chapeau de cowboys, les femmes en tenues traditionnelles colorées. Zinacantan c’est le royaume des brodeuses qui vous montreront leur atelier, leur créations, vous habilleront… l’échange est très agréable et si vous poussez un peu vous pouvez bien rajouter un poncho dans votre sac.

fullsizeoutput_10a

  • L’Hôtel : B&B le gite Del sol Très bien placé, proche des rues animées. Un petit déjeuné copieux vous est proposé chaque matin. Les chambres sont simples mais spacieuses les salles de bains partagées assez propres. On est toujours pas dans le luxe mais l’endroit est parfait pour les globe trotteurs. Cuisne à disposition (seulement jusqu’à 21h30), wifi qui fonction à peu près. mon avis : 🙂 ça va! Environ 550 pesos par personne pour cinq jours. Une lavanderia se situe juste au coin de la rue compter environ 10 pesos le kilo.
  • Conseils pratique : Comptez 60 pesos pour faire le trajet entre Comitan et San Cristobal en collectivo, 18 peso pour aller de SC à San Juan de Chamula (en contrebas du marché artisanal)  25 pour entrer dans l’église et 35  de taxi pour vous rendre à Zinacantan et 20 pour renter à San Cristobal.  j’ai acheté un châle de cérémonie brodé pour environ 200 pesos.

5. Tuxtla de Guttierez

Pour quitter le Chiapas, nous devions prendre un bus depuis la capitale de la région. La ville en soit n’a rien de bien particulier si ce n’est le petit carillon de sa cathédrale qui en plus de sa musique vous réserve une animation surprise et son jardin botanique pour vous perdre dans les arbres. Nous avons tout de même décidé d’y passer 2 nuits afin de nous rendre au Canyon Del Sumidero à Chiapa des Corzo. Une jolie ballade en bateau travers le Canyon et un petit village très sympa.

  • L’hôtel :  Frida KhaloPas trop mal placé, ouvrez l’oeil le soir. L’accueil est correct la chambre avec salle de bain également. Très spacieuse mais la notre était sans fenêtre un peu étouffant au Chipas. Déjeuné très simple mais suffisant. Mon avis:    🙂 correct. Tarif : comptez 186 pesos par personne et par nuit.
  • Conseils pratiques : Comptez 55 pesos pour vous rendre de San Cristobal à Tuxtla en collectivo, 30 pour aller à Chiapas de Corzo et 200/personne pour le tour en bateau et 5 pour le jardin botanique. Nous partions ensuite pour l’état de Oaxaca et avons prit un bus ADO de nuit à 480 pesos par personne avec pour destination Pochutla.

La suite de nos coup de coeur mexicains avec la découverte de Oaxaca dans mon prochain article !! A très vite

IMG_8808

2. L’état de Campeche et le Yucatán 

Nous avons quitté la magnifique lagune aux sept couleurs de bacalar pour visiter le temple de Calakmul puis la ville de Campeche. Un crochet par Uxmal et Merida dans le Yucatán. Nos visites assez rapides me permettent de regrouper ces deux états en un seul article mais le Yucatán regorge d’autres choses à voir (Celestún, chitchen Itza, vallalolid…). Vous trouverez de nombreux conseils sur cet état notamment sur les sites de Bestjobbers ou les yeux d’Alex.

  1. Le temple  Maya de Calakmul

Se rendre à Calakmul n’est pas une décision a prendre à la légère. Perdu dans la jungle, le temple est un peu loin de tout, ce qui implique transports et hébergement. Cela vaut vraiment la peine. Partis très tôt, nous sommes arrivés les premiers sur place et avons pu profiter du paysage. Impressionnants par leur taille, les temples sont surtout plongés dans une atmosphère unique. D’en haut, vous serez les rois d’un monde inconnu : « La Selva » qui s’étend à l’infini juste sous vos yeux. Quelque part, le Guatemala. J’ai eu l’honneur d’assister à la ballade matinale d’une famille de singes. Des tout petits essayaient difficilement de suivre la cadence de leur mère si bien qu’elle faisait souvent demi-tour pour récupérer celui qui était tombé quelques branches plus bas. Spectacle incroyable dans ce décor naturel. Les iguanes, gardiens des temples mexicains vous surveillent du coin de l’oeil et les « Pavo », dindons plein de couleurs, couperont votre chemin. Ballade très agréable, prévoir une bonne demi-journée car le site est grand. Le faire à chaque fois vous coûterait trop cher mais si vous avez la possibilité de vous offrir un guide cela doit être très intéressant j’ai regretté de ne pas l’avoir fait notamment pour le ruines de Palenque, dans le Chiapas.

  • L’hôtel

Nous avons dormi deux nuits dans la ville la plus proche du temple, Xpujil. Il y a un camping sur le site même, assez cher. Nous avons séjourné dans une cabane de l’hôtel Calakmul. Vraiment très basique. 2 lits, moustiquaires et ventilateur. Les matelas n’étaient pas mauvais, le personnel désagréable mais la piscine nous a détendue après la balade.                                    Mon avis : vraiment bof 😦  mais c’est une bonne option prix pour visiter le temple : 500pesos pour 2 nuits dans une chambre de 2 lits soit 250 pesos par personnes. Hôtel Calakmul, n 70 col aviacion, Xpujil.

  • Conseils pratiques:

De Bacalar, prendre le bus collectif en face de la terminal ADO en direction de Chetumal pour 70 pesos. Une fois dans la ville, vous rendre au sitio des taxis Xpujil (rouge et blancs) un peu après le marché à droite. Une fois 4 voyageurs, la voiture vous emmènera pour 120 pesos par personne.

De Xpujil à Calakmul, le trajet de la douloureuse !!! A environ 3h00 de bus, comptez 500 pesos par personne en taxi ou collectivo. Les taxis demande 1200 faites baisser au moins à 1000 !! Aller/retour évidemment. Négociez aussi leur temps d’attente, 2h00 ce n’est pas assez pour la visite :  3h minimum !!!! 2 entrées à payer, celle du parc national 50 pesos et celle des ruines 75 pesos.

2. La ville de Campeche et les Ruines d’Edzna

Vous ne pourrez pas vous y baigner vraiment même si la ville se trouve sur le golfe du Mexique. Littoral plutôt réservé au port maritime et aux centrales pétrolières. En revanche il esciste une plage bio luminescente, nous n’avons pas eu le temps de le faire mais cela semble magique (renseignez vous sur la saison, le phénomène n’ayant pas lieu toute l’année). Les rues du centre, pleines de couleurs donne un charme très sympa aux terrasses et boutiques. Un grand marché vous permettra de vous restaurer à moindre cout. C’est derrière ce marché, sur la gauche que vous trouverez les collectivos pour vous rendre au ruines d’Edzna. Le site n’est pas immense mais très intéressant. le plus vieux de l’état de Campeche. Vous n’aurez pas de mal à imaginer la vie des mayas à cette endroit, les mouvements, les réunions de foules, les sacrifices. L’architecture du temple principal construit sur plusieurs niveaux est complèteet différentes de ce que vous verrez ailleurs. Bon plan : Dans les rues piétonnes du centre vous trouverez un restaurant Fresh ‘n green  qui fait des salades et des liquados. Les salades sont faites avec les ingrédients de votre choix et son énormes !!! Elles sont à 80 pesos pour la taille moyenne mais à partager facilement en deux !! Vraiment un peu de vert ça fait du bien entre les quesadillas et les tacos de carne.

  • L’Hotel :

Nous avons dormi à la casa Risueno, calle 10, numero 224 entre 49 y 51, colonia centro, ciudad Amurallada, Campeche. Très bien placé au centre de la ville l’hotel est bien entretenu et le personnel fera tout son possible pour vous satisfaire. Nous sommes arrivés très tot mais avons pu faire notre check-in et somme repartis aux aurores avec quelqu’un pour le check-out également. Dortoire non mixte, nous avions donc un lit chez les hommes et un lit chez les femmes…qu’est ce qu’on ne ferait pas pour tout tester pour vous !! Les douches sont avec les toilettes ce qui n’est pas toujours pratique, assez petites mais cela reste correct. L’hotel dispose également d’une trasse très sympa. Nous avons payé 151 euros par personne pour une nuit.

  • Conseils pratiques :

Pour arriver a Campeche il va falloir vous lever de bonne heure. Départ de Xpujil en collectivos à 4H00 du mat’ tapantes on ne vous attendra pas. Comptez environ 3,5 heures de route à travers des terres cultivées mais sans aucune ames qui vive. Entre deux siestes, vous pourrez admirer le lever du soleil. 200 pesos par personne pour le trajet.

Les Ruines d’Edzna : une fois dans le collectivo pour la vallée d’Edzna (à prendre derrière le marché) il vous faut compter 40 pesos aller et 40 retour. L’entrée s’élève à 55 pesos. Le collectivo vous dépose et vous récupère devant l’entrée comptez au moins 3H00 de visite. Advice : Si vous faites vos visites l’après midi n’oubliez jamais de demander à quelle heure passe le dernier bus, le taxi c’est bien plus cher !!!

3. UXMAL

Uxmal est l’un des sites les plus visté du Mexique. Situé dans le Yucatan tout comme Chitchen Itza, c’est un site assez grand. A force de temples on pourrait penser en avoir marre, conserver ses dineros pour visiter autre chose… mais vraiment ces lieux sont tellement différents les uns des autres que vous serez toujours impressionné. Uxmal par exemple est connu pour l’architecture de son temple, à l’entrée, qui se démarque par une construction ovale. On imagine un chantier complexe, calculé à la pierre près… impressionnant pour l’époque. De nombreuses ruines a admirer ici et un peu de sport avec toutes ces marches, hop hop vous rentrerez sveltes et musclés. Le hic : Franchement c’est beau mais c’est cher, mais c’est beau, mais c’est cher ! Le bon plan : En entrant sur le site placez vous en face du premier temple et frappez dans vos mains que remarquez vous ? (si, si il y a une suprise ce n’est pas pour que vous ayez l’air bete, avez vous vraiment besoin de moi pour ça ? )

  • Conseils pratiques :

Nous avons quitté Campeche et pris le bus pour Uxmal à 7H00 du matin. Environ 137 pesos. Pour la visite, sachez que le site dispose d’une consigne gratuite. Ainsi, nous avons fait le tour avant de repartir pour Mérida. L’entrée aux ruines est exhorbidante, l’état du yucatan prélevant une taxe sur chaque ticket. J’ai détesté ce coté Dysneyland avec hotel resort autour, boutiques souvenir hors de prix…heureusement vous oubliez cela à l’intérieur. Prix 208 pesos !!!!

4. Merida et le Cénoté IK-ILL: 

Mérida est une ville à taille humaine, vivante, et pleine de lieux culturels. Vous y trouverez plusieurs théatres par exemple. Sa cathédrale est la plus vieille d’Amérique latine et le Crucifix à l’intérieur, derrière l’autel, le plus grand du monde !!! Le parc centrale est très agréable pour se détendre. Vous pourrez faire une ballde en calèche si le coeur vous en dit. Nous y aons passez de nuit très rapide donc car il y a une mutitude de choses à faire autour de la ville (plages de Celestun, temple de Chitchen Itza, ville colorée de Vallalolid….) Malheureusement nous avons du faire des choix nous n’avons donc visité que le cénoté Ik-Ill. Les cénotes sont une particularité du Yucatan. Ce sont des puits sacrés. Une piscine naturelle d’eau douce dans une grotte ouverte sur le ciel. De plus, celui ci est d’une eau bleue magnifique. Le regret encore une fois c’est qu’autour de ce lieux naturel magnifique on a construit vestiaires, restaurants, boutiques… ils y en a d’autres plus secrets dans la péninsule et donc moins cher, meme si celui là reste impressionnant.

  • L’hotel :

Hostal Casa Fernanda, une auberge de jeunesse en dortoir, tout à fait sympatique. hyper bien située,une cuisine à disposition un personnel jeune et à l’écoute. lits superposés comfortables, nous n’étions que deux au lieu de huit. Serviettes et savon, propre. Décorée avec gout. Mon avis : très bien 🙂  Prix 357/personne/2nuits.

  • Conseils pratiques :

De Uxmal à mérida :  placez vous à la sortie du site, vraiment au niveau de la route. Des bancs ont été prévus pour l’attente car préparez vous… le bus va passez mais les horaires sont assez approximatifs. 50 pesos.

Pour vous rendre au Cénote Ik-Ill, rendez vous à la terminal ADO mais prenez un bus ordinaire pour 100 pesos Aller et 100 pesos retour. Exactement 85 jusqu’à Chitchen Itza plus 15 pour aller jusqu’au Cénote. Pour ceux qui voudraient faire les deux, c’est tout à fait possible et meme dormir à Valladolid, c’est le meme bus.
Pour finir, je dirais que nos choix en fonction de notre budget nous on forcé à couper dans nos visites du Yucatan, pour mieux nous reporter sur la suite. Si vous restez dans le sud entre Quintanaroo et Yucatan, n’hésitez pas à rechercher d’avantage il y a plein de choses à voir !!!!

  • Plus de photos sur mon instagram @lilypaupy!

1. Le Quintana Roo « Maravilloso » !

Nous avons atterri le lundi premier Mai 2017 à Cancún, vers 21h00, et commencé notre voyage par l’Etat du Quintanaroo. La côte Ouest du Mexique au bord de la mer des Caraïbes (Isla mujeres, playa del Carmen, Tulum, Bacalar). Bien que la destination soit très prisée des touristes locaux comme étrangés et particulièrement animée au mois d’Avril par le SpringBreak (Ces jeunes américains qui viennent vivre d’amour et de bières fraîches), nous avons eu la chance en cette période d’être quasi seuls au monde sur des plages paradisiaques ou des sites trop convoités en été. Les prix sont plus élevés dans cet état (qui dit tourisme dit augmentation des tarifs et taxes plus cher à verser aux Narcotraffiqants, mafia du coin qui veille au grain), nous avions un budget assez strict pour ces trois mois de voyages je vous livre donc nos bonnes adresses.

Pour Cancún
: De l’aéroport prendre le bus ADO pour la terminale au centre, environ 72 pesos jusqu’à 22h (après ce sera Taxi donc pas le même prix).

Isla Mujeres : 

Si votre planning est chargé sachez que Cancún ne mérite pas forcément une journée de visite en revanche, vous devez passer par Isla Mujeres. Cette petite île en face de la ville, accessible en Ferry, sera votre premier contact avec les plages incroyables qui vous attendent. Pensez à la crème solaire ! Il y a un peu d’ombre mais les palmiers sont vite pris d’assault et les parasols des bars sont évidemment payant. Le village est très sympa avec plein de petites boutiques de bric et broc. (Négociez ! Vous apprendrez vite ici. Les prix de base sont montés à bloc et un peu a la tete du client). Nombreux se déplacent en voiturette de golf m’enfin pour le respect de l’environnement nous conseillerons les pieds. Pour visiter et passer la journée sur la plage c’est amplement suffisant !

IMG_0233

L’hôtel : Nous avons séjourné à l’hôtel « Orquideas », Calle orquideas, 25 SM 22, M2 115, LT 23 à Cancún, www.hostelorquideas.com, Tel : +52 998 884 0674, mail : info@hostelorquideas.com, facebook  : ici

IMG_0152

A environ 10 min à pied de la terminale ADO facile avec les sacs. 221,5 pesos/personne pour un lit en dortoir mixte de 8. Accueil sympa, casiers avec cadena on vous donne serviette et draps propres. Très simple mais plein de couleurs. Eau fraiche à disposition. Déjeuner : 1 pomme, 2 tranches de pain grillées avec œufs brouillés et morceaux de jambon. Assez calme. Eau des douches parfois moins chaude car chauffées au panneaux solaires. Vive la planète !!  le réception a gardé gardé nos sacs pendant la journée après le Check out pour que nous puissions faire Isla Mujeres nous ne les avons récupérés que vers 19h00.  Avis : pas mal 😉

Conseils pratiques : Pour Isla mujeres prendre le bus R-1 (rouge) en direction de puerto juarez sur l’avenue de Tulum ou bus jaune pour isla mujeres au niveau de la terminal ADO (passer la passerelle) environ 20 pesos aller retour puis prendre le Ferry ultra mar bleue et jaune 300 pesos aller retour. Retour jusqu’a 22h30.

2. Playa del Carmen : 
Nous avons quitté Cancun le soir du 2 mai pour passer deux nuits à playa del Carmen. Le matin nous avons pris le collectivo diection le « Cenote Azul ». Nous y sommes resté jusque 15h00 environ avant que tout le monde arrive. L’eau y est magnifique, des petits poissons viennent vous grignoter les peaux mortes sur vos pieds. Vous pourrez sauter d’environ 5 mètres à l’endroit où l’eau est plus profonde, c’est très agréable. Pensez cependant à l’anti-moustique, J’en ai croisé quelques uns. De retour à Playa del Carmen faites un tour dans la ville animée, je vous conseils les puestos plutôt que les restos… hors de prix. Sur la plage, le soir, quelques bars très sympas. Nous y avons sirotés notre Michelada éclairés à la lampe à pétrole, musique en live.

img_0324

Les hôtels: le premier « Lobo De Mar » (Facebook ici)  Calle 34 Norte, Playa del Carmen, mail: hello@lobodemarhostel.com.   C’était un dortoir 215 pesos/ personne. Très propre. Lits immenses, casiers très grands pour les sacs. 1 douche et salle de bain spacieuse pour un dortoir de huit personnes (nous n’étions que 4) avec lampe et prise personnelle. Ventilateurs donc moins bruyant que l’air conditionné. serviettes inclues. Comme des petites alcôves pour chacun, bien pour l’intimité. Attention 30 min de marche depuis la terminale. Avis : Très bien 🙂                                                                                                    Le second « Casa seloa » est à +/- 20 Minutes à pied du centre, bien moins cher : 1 chambre à 224 pesos soit 112/personne si vous êtes 2. Tenu par des Italiens très sympas qui feront tout pour le bien de votre séjour, le quartier est un peu plus populaire et la chambre très basic mais gigantesque. Vous avez votre salle de bain perso. Avis : Pas mal 😉

IMG_0296

Conseils pratique : Pour vous rendre à Playa del Carmen depuis Cancún : Grâce aux bus playa express, 76 pesos, à prendre en face de la terminale ADO à Cancun. Il vous déposeront au centre de la ville. Le cenote Azul vous coûtera 80 pesos a l’entrée, le collectivo 35 aller et 35 retour (Prendre les collectivos pour Tulum arrêt Cenote Azul, à attraper dans la rue des bus playa express par lesquels vous êtes arrivés).

3. TULUM :

Hippies yo ! Hippies yeah ! Bienvenue à Tulum. Vous le sentirez dès la sortie du bus, à Tulum on est cooool. Beaucoup moins de monde, de vendeurs de souvenirs ambulants, de solicitations pour des tours. On respire un peu. Rassurez vous les prix ne sont pas vraiment plus bas et les souvenirs sont simplement dans des boutiques sympas odeur patchouli. A savoir, le centre de la ville se trouve à environ 3KM des plages. Les hotels en bord de mer bien que paradisiaques sont hors de prix et on se retrouve vite entre touristes, dommage. Nous conseillerons donc un hébergement au village. cet particularité à pour effet que tout  le monde se promène à vélo sur les pistes cyclables prévues et c’est très agréable. La plage, les ruines, les bars, tout est accessible a distance raisonnable, de quoi parfaire son bronzage avec des cuisses raffermies, que demande le peuple ! Le site des ruines est très sympa, au dessus de la mer et vous pouvez descendre vous y baigner au cours de votre visite. De nombreuses plages s’étendent le long de la cote. Le hic : de l’autre coté des ruines, les plages sont essentiellement privées et les consommations pour en profiter assez cher. Je vous conseil donc de descendre le long de la plage publique « Santa Fe » près des Ruines vous y trouverez facilement palmier à votre gout. ALERTE SUPER PLAN : C’est un peu le moment de gouter un bon plat de poisson ou fruits de mer. Le meilleur de Tulum selon notre chauffeur de Taxi, nous et plein d’autres : El Camello Jr, Avenu de Tulum. Connu pour leur CEVICHE, genre de tartare. Mais il y a plein d’autre choses et vous vous en sortez pour 150 Pesos par Personnes (7,50 €) !!!!

IMG_0534

L’Hotel : Nous avions réservé un dortoir à l’auberge Casa del sol, polar Pte, Betwin Saturno and luna Nte. Tulum.             mail : casadelsoltulum@yahoo.com, tel : +52-984-129-6424. Encore une fois nous étions au maximum quatres au lieu de dix, le pied !! Les lits superposés sont confortables et spacieux, lockers à disposition. L’hotel prete des vélo GRATUITEMENT, ce qui économise les 150/ jours demandés par les loueurs en ville !! Eau chaude entre 16H00 et 23H00. Le déjeuné fait avec amour par le propriétaire est très rapide entre 8H00 et 9H00 et plutot léger (un oeuf dans une tortilla ou une crepe au lait concentré). La terrasse est très sympa au coucher de soleil et le wi-fi fonctionne bien. Possibilité de faire un Temezcal avec un chaman mais pour un groupe d’au moins 5 personnes à 375 pesos chacun, un peu cher pour nous. L’Hotel lui 180 pesos/personnes/ jours. Avis : bien 🙂

Conseils pratiques : A Playa del carmen prenez à nouveau le collectivo en direction de Tulum (meme que pour le Cénote Azul) +/- 50 pesos. L’hotel est à 10 minutes à pied. Le reste en vélo gratuits. L’entrée aux ruines vous coutera 70 pesos.

4. Bacalar :

La lagune aux septs couleurs. Mon coup de coeur au Quintana Roo. Il n’y a pas vraiment de plages, plutot des pontons appartenant à des hotels ou bars. Vous pouvez en général rentrer pour voir ou rester l’après midi pour un coca. C’est une vision idyllique, un petit coin de paradis. Il y a très peu de monde les touristes faisant souvent l’impasse faute de temps. l’eau peu profonde rend l’eau vraiment chaude. Très photogénique pour faire enrager vos amis qui bosse c’est là ! Nous ne sommes resté qu’une journée qui en valait la peine !! Pensez à vous lever tot pour le lever de soleil sur la lagune, magique !

IMG_0597

L’Hotel : Nous avons dormi dans une tente au  bord de la Lagune à la « casa Lahar« , (+52) 19841466021, Av Costera Sur        n°45, Bacalar, facebook ici.                                                                                                                                                                            175 pesos/ personne. pesonnel très sympa, cuisine ouverte à tous. Pas trop de moustiques et tente à l’ombre. Les douches sont froides et à l’extérieur mais au Mexique ce n’est pas un problème. En environ 30 min à pied vous accédez au village de bacalar pour faire des courses ou trouver un puesto. Avis : Bien 🙂

IMG_0567

Conseil pratiques : Pour arriver à bacalar. De Tulum prendre le collectivo à partir de 5H00 pour Carrillo Puerto. Demandez au chauffeur de vous poser à la terminale des collectivos pour Bacalar (direction Chetumal). Comptez 1h00 pour Tulum-Puerto Carillo et 1H30 pour Bacacalar. Prenez ensuite le Taxi du centre vers la lagune pour 20 pesos (5minutes).

Pour plus d’infos n’hésitez pas à me contacter ! Pour la suite du voyage rendez vous sur l’Article de l’Etat de Campeche. J’ai adoré le Quintana Roo et le voyage n’est pas encore fini. je vous écris depuis la foret du chiaps en Espérant vous donner envie de visiter aussi !! Que le vaya bien ! Con cuidado.

L’itinéraire 

Ainsi après 4 mois de vie dans la ville de Tula de Allende en Hidalgo, le temps du voyage était à nouveau venu ! Nous avons paqueté le minimum dans nos « mochillas » laissant le reste chez un ami. Et hop ! Dans le Bus ! Oui d’accord mais où va-t-on ? 


Voici l’itinéraire détaillé de notre parcours. Sachez qu’ensuite, petit à petit, viendront les articles propres à chacune des villes ou lieux cités, leur bons plans, les moyens d’accès et aussi le budget parceque c’est important ! Vous pourrez distinguer ce dont vous pouvez vous passer (les bières) de ce qui est indispensable (les visites) ou vice et versa c’est vous qui voyez 😉 En attendant mes retours n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions précises sur une contrée que j’aurais déjà traversée !

  1. Le Quintanaroo : La Riviera Maya. Tout au Sud du Mexique, c’est le lieu indispensable pour les plages de sable blanc, les cocotiers et les eaux turquoises. Touristique et donc un peu plus cher sur toute la côte des Caraïbes mais bon : Je vous emmène à Isla Mujeres, playa del Carmen,Tulum et bacalar. 
  2. État de Campeche: Nous visiterons Calakmul, magique, un Immense temple Maya enfoncé dans la forêt et Campeche la capitale. 
  3. Le Yucatán: Quelques jours dans la ville de Merida. Nous essayerons d’y voir le cenote IK-KIL.
  4. Le Chiapas: plus enfoncé dans les terres proches de la frontière avec le Guatemala, au bord de la jungle. Nous irons visiter les ruines de palenque, celle de Ocosingo, nous nous baignerons dans les cascades de comitán, nous visiterons San Cristobal de las casas et ses villages typiques alentours. Si on peut nous trouverons aussi un moment pour visiter une plantation de café. 
  5. L’Etat de oaxaca: Nous retournerons nous baigner mais cette fois sur la côte pacifique du Mexique. Moins touristique, plus de villages de pêcheurs et temple des surfeurs. Puerto escondido, puerto Angelo, et Oaxaca la capitale aussi belle que rebelle, ville engagée du Mexique nous verrons ce qu’il s’y passe.
  6. Pause à Cuba: Nous quitterons une semaine le Mexique pour une sieste à La Havane, il est temps d’aller voir la ville avant qu’elle ne soit plus Fidel à elle même.
  7. Mexico: L’état et la ville. Je vous en ai déjà un peu parlé mais il reste tant à voir et à faire !! 
  8. Départ pour les États Unis : comme cuba le road trip Etat-unis aura sa propre page puisque nous aurons la chance d’y voir Vegas, le grand canyon, San Francisco et Los Angeles. 

Après tout cela on rentre et je prendrai le temps de tout bien vous expliquer !! 
En selle ! Vous êtes prêts ? Prenez vos sac on s’en va !! 

Tula de Allende, Hidalgo, Mexico,

img_4794

Me voilà arrivée au Mexique depuis deux mois déjà… que le temps passe vite. Il est l’heure je crois de vous parler un petit peu de la ville où j’habite, Tula de Allende.

Située à 70 KM au Nord de Mexico CDMX, la ville fut la capitale des Toltèques, l’une des civilisations les plus puissantes du centre du Mexique. La « terre des dieux », comme on l’appelait alors, est habitée par environ 184 691 Tulenses avec centre et périphérie. Un poil plus que Metz, un poil plus que Dijon, un poil plus que Brest…. bref, ce genre là. Ce qui la diffère totalement de ses pairs françaises, c’est que la population est répartie dans de nombreuses colonies (quartiers) et que le centre de la ville ne se résume en fait qu’à 2/3 petites rues commerçantes, un parc et un supermarché. Entourée de montagnes arrides, le vent soulevant la poussière, nous sommes vraiment dans les terres Mexicaines. J’ai vu la pluie une seule fois depuis que je suis ici, parfois quelques nuages le matin. Généralement c’est plutôt le grand soleil qui cogne comme la Bourgogne. En janvier j’avais un petit pull pour parer aux nuits fraiches, là je suis en débardeur et j’ai chaud, en Février.

Si les habitants sont nombreux à travailler au village, papeterie, vendeurs de glace, de fringues en tout genre, de téléphones, de Jésus en porcelaine, d’esquites, chauffeurs de bus, taxi… Le gros employeur de la ville c’est la raffinerie de pétrol PEMEX (associée depuis peu à AIR LIQUIDE…. cocorico ! ), l’une des plus grosse du pays. Le Mexique est devenu le cinquième producteur de pétrole au monde, 135 millions de tonnes par an. Paraît-il que la fumée noire qui sort de l’usine c’est juste de la vapeur d’eau. Pas de quoi s’inquiéter pour moi donc, merci. Il faut savoir, nous y reviendrons dans un prochain article que la pollution au Mexique n’est pas encore tout à fait traitée comme dans nos pays du vieux continent…ils n’en sont pas encore à se préoccuper pour un feu de cheminée…il reste des efforts à fournir. C’est à dire qu’ici tout n’est pas si facile. Nous sommes dans le désert et par exemple, nous manquons d’eau. Bien que je sois supposée avoir de l’eau courante au robinet, le système est très souvent hors service et nous attendons patiemment la livraison par camion des litres qui viendront remplir notre tank au dessus du  toit, à utiliser avec précaution si l’on  veut faire la vaisselle et prendre sa douche. L’eau n’est bien sûr  pas potable, il nous faut acheter des bidons propres a la consommation, voir du soda, moins cher.

Malgré ces petits désagremments pour les adeptes du confort, Tula est une ville très agréable à vivre. J’adore descendre de ma Colonie le matin, prendre le collectivo (petit bus), m’arrêter au centre, acheter mon journal (la Jornada) à dix pesos et le lire dans le parc, près de la bibliothèque extérieure ou l’on peut choisir ou déposer ses livres. Il y a souvent du monde, des jeunes lycéens qui y font leur pause de midi. Bien qu’on dise que le Mexique est dangereux, vous serez en sécurité à Tula. Il y a bien un jour où l’on a retrouvé une tête et des mains devant un bar, mais tant que vous n’êtes pas concerné par ces histoires, vous ne risquez absolument rien, comme diraient nos voisins « No te proccupe ». Il y a un grand stade où je peux aller courir sans soucis même si je conseille le tee-shir à manches longues, le crop-top Nike serre nichons, ça ne se fait pas trop. Tula reste un village, les gens sont moins habitués, en dehors des sites touristiques, à vraiment voir des étrangés blancs. Les jeunes filles Françaises ont donc un coté exotique qui réveil les regards des Mexicains, et parfois les regards se font hostiles, vous payerez un peu plus cher… Comme partout au Mexique il faut apprendre a négocier et rapeller souvent que vous êtes Français et non Américains. Bien que le rêve de l’Amérique, reste très présent, la relation amour/haine entre ces deux pays n’est pas toujours pour vous servir notemment depuis l’arrivée au pouvoir de Trump. Enfin à part cela, en deux mois, aucun problème bien que le quartier où nous vivons ne soit pas le plus sûr de la ville. Nos voisins nous ont invité à partager un repas avec eux, tout est calme, reposé on entend les cloches tintinabuler.

Si vous ne venez à Tula que dans le but de visiter, il est intéressant de vous rendre à la Zona archéologica. L’ancienne cité Toltèque domine de sa montagne, vous aurez une très belle vue sur la ville. Outre les vestiges d’un jeux de pelote, vous pourrez y voir les 4 Atlantes, colosses de pierre de 4,5 mètres de haut, plus de 8 tonnes chacun.

Une ville pleine d’histoire, bercée par les ondes mystiques du passé, où il fait bon vivre et d’où vous pourrez prendre un bus pour partout ailleurs, Mexico, Pacchuca, Tolantongo…Un intérieur des terres bien souvent oublié par les Touristes, tant pis ou tant mieux.

img_4776

Ciudad de Mexicó, CDMX

IMG_5194.JPG
México, vue depuis le restaurant giratoire Bellini, CDMX

 La ville :

México est la capitale du Mexique, on la nomme officiellement Ciudad de México pour la distinguer du pays (ou encore DF, district fédéral, mais c’est un peu has been). Pour vous donner une idée de la taille du patelin sachez que la population est estimée à 8.918.653 hab soit environ 6006 hb/KM2. Avec les banlieues, nous dirons qu’il y a 20 millions d’habitants. Tout ce monde est perché sur un plateau à 2500 mètres au dessus du niveau de la mer et entouré de volcans qui eux culminent à 5000 mètres. La température peut donc être fraîche en hiver et je vous conseille de passer une liquette. Dans cette cuvette vous pourrez vite constater que cet épais nuage de brouillard ne se lèvera probablement jamais puisqu’il s’agit de la pollution. A l’arrivée comme ce weekend, j’ai eu la gorge qui pique et ce n’était pas un rhume. Vous n’y échapperez pas sauf si vous visez les périodes de vacances, lorsque la vile se vide et que le ciel bleu réapparait timidement. Il est assez difficile de vous faire un topo sur toute la ville, il me faudrait dix ans et je ne les ai pas (pleurs). Je vais dévoiler au coup par coup mes découvertes.

Se loger :

Jupiter, trop occupé pour me sortir de sa cuisse et Crésus mort avant que je ne puisse l’épouser c’est plutôt comme Job que je voyage, à l’extrême économie. S’il est facile pour un jeune couple de renier un peu sur le confort, nous avons décidé de faire quand même attention à notre sécurité. Or, bien souvent un hôtel peu cher est un hôtel excentré ou pas toujours bien fréquenté. Feuilletez les commentaires des comparateurs, voyez ce que disent les clients. Attention la plupart du temps il sont mécontents c’est un fait, il faut vraiment en lire beaucoup pour vous faire un vrai avis et passer sur ceux qui vous parlent de la savonnette. Ce qui vous intéresse c’est « l’ubication » (la localisation, la faune extérieure de nuit). Nous avons tenté l’hôtel Panuco et le Cozumel. Pas trop chers, bien placés et plutôt secur. A chaque fois nous sommes rentrés tard sans problème. Sachez cependant rester discret même après vos dégustations de Mezkal et évitez le quartier de Tepito.

A faire :

Evidemment la liste est immense, je vais juste parler de ce que j’ai fais pour l’instant, je compléterais avec d’autres articles et n’hésitez pas à en rajouter en fonction du temps que vous aurez.

  • Les marchés artisanaux : vous en trouverez à différents endroits de la ville. C’est intéressant pour comprendre une culture et ses traditions de voir ce qui est vendu dans ce genre d’endroits. Souvent les mêmes choses, mais le côté dépaysement vous fera écarquiller les yeux à chaque babiole qui reste encore souvent fabriquée aux Mexique, parfois à la main. Pas encore nos marchés de Noël made in China… pour combien de temps… Ramenez une cadavera, un masque de lucha libre, un instrument de musique, des coffres peints, des habits colorés, des bijoux en art Huichol…img_4693
  • Le musée d’anthropologie de Chapultepec : décrit par les guides comme le plus beau musée du Mexique il est en tout cas immense et très riche. 25 salles, deux étages pour illustrer la mixité et l’histoire débordante du pays. Il est intéressant de s’y rendre avant de partir voyager. Vous en apprendrez d’avantage sur les civilisations que vous rencontrerez sur votre chemin. Mayas, Toltecs, Aztèques…Nous avons regrettez l’absence de cartels (un comble au Mexique), en tout cas parfois peu ou mal détaillés. Bien sur audio-guides et manuels vendu à l’entrée viennent palier à ce manque m’enfin des fois on en a marre de payer… entrée à 70 pesos.

  • la cineteca national : Il était évident que j’y fasse un tour et surtout lorsque j’ai vu l’annonce d’une exposition sur Stanley Kubrick, parceque je l’aime. L’endroit est très agréable avec un petit parc, un restau/café. Prenez vos tickets pour une expo ou pour vous faire un film, plein de rétrospectives, en l’occurrence « 2001: l’Odyssée de l’Espace » et « orange Mécanique », mais aussi les films à l’affiche Lala land et tout. C’était une super expo beaucoup de documents, d’objets venant de la collection personnelle de Kubrick, je l’aime encore plus.

    Les repas:

    Au mexique on mange quand on a faim, il n’y a a pas d’heure, les puesto (Stand de rue) vous attendent à toute heure. Tacos, quesadillas,tortas il y a des millions d’options pour des prix tout à fait raisonnables. Promis, je vais faire un article spécial cuisine parce qu’il faut que je vous raconte !! Cette fois nous avons fait une entorse budget pour monter au 45 étage de la tour du World Trade Center et manger au restaurant Bellini. Plus grand restaurant giratoire du monde qui vous offre une vue à 380 degrés sur la ville. La surprise est de constater qu’il y a à Mexico peu de Buildings et aussi beaucoup moins de lumières nocturnes inutiles que dans d’autres capitales. Je vous conseille de vous y rendre pour le coucher du soleil. Le repas, cher au Mexique est abordable pour un français , sortez la thune ! (Environ 100 euros pour deux avec cocktails et vin). Les plats étaient bon bien que servis un peu froid malheureusement.

img_5206

Boire un verre :

Les musées ça dessèche et en sortant on s’en jetterai bien un petit couleur formol. Votre chance car au Mexique la tradition se découvre aussi à travers les différentes façon de consommer l’Agave (cactus) et ici, Hermosa, c’est pas juste du sirop pour pour tes pâtisseries. On en fait de la Tequila, du Metzcal ou du Pulqué…que des truc bien sympathiques. Si Tequila et Metzcal servit en petits verres portent l’étiquette « danger », le Pulqué est vraiment un traite. Aromatisé à la mangue, le citron, la noix, la goyave…il n’a pas le goût de l’alcool et sa consistance pâteuse et nutritive te permet de continuer sans tomber pendant plusieurs jours consécutifs… Boisson traditionnelle et très ancienne le pulqué avait un peu disparut jusqu’à ce que des pulqueria le remettent au goût du jour. Contrairement aux autres le pulqué est fait de la fermentation de l’agave et non de sa distillation. Nous vous conseillons la petite pulquria située place Garibaldi, vous pourrez y boire vos litres en terrasse à la musique des mariachis et de l’animation populaire. On dit qu’il ne faut boire qu’un pulqué, qu’après on risque de voir 400 lapins. Vous connaissez Alice, imaginez ce qui se passe déjà quand vous en avez vu un… alors 400 et dans Mexico… Bref pensez à rentrer, ce n’est pas la France, les rues peuvent être sombres.

Les démarches pour le PVT une fois au Mexique #2: Le permis travail

Et hop ! La carte verte dans votre poche, vous êtes officiellemment un « Residente temporal de los Estados Unidos Mexicanos ». La classe !

Courage, c’est presque fini. Presque, car il reste à obtenir le Pemiso de trabajo.
Le jour de l’obtention de ma carte j’ai également demandé la liste des documents à fournir dans ce but la voici :

Dans un premier temps il vous faut remplir le formulaire sur internet et l’imprimer. Vous le trouverez sur la page suivante dans la section
Trabajo -> empleo.

Ensuite on vous demandera :

  • votre carte de résident temporaire.
  • payez le montant des droits qui s’élèvent à 2789 pesos.
  • AVOIR UNE OFFRE D’EMPLOI. D’une personne physique ou morale dans laquelle sera stipulé votre emploi et activité, la durée de votre contrat, le lieu de travail et les données d’enregistrement de l’employeur (constancia de inscription del empleador). Genre de SIRET qui prouve que l’employeur est enregistré et paye des impôts.
  • En cas d’activité indépendantes, vous devrez joindre une lettre écrite dans laquelle vous attestez dire la vérité sur les activités exercées et déclarées et indiquez le lieu dans lequel se déroule votre travail. Dans ce cas vous devrez également ajouter la preuve d’inscription sur le registre fédéral des contribuables.
  • Les résidents temporaire Etudiants, en plus des documents pré-cités devront présenter une carte valide de l’établissement dans lequel il étudient.
  • Dans le cas d’un mineur de plus de 14 ans et de moins de 18 ans, les permis ou autorisations en rapport au normes du tavail seront éxigés. (jamais le cas pour un Pvtiste qui doit avoir au moins 18 ans)

A Savoir :
1. Le premis de travail pour les étudiants ne sera attribué que si la personne étrangère réalise des études de niveau supérieur, ou recherche. Les activités qu’elle souhaite effectuer doivent être en relation avec la matière étudiée.                                                               2. Les autorités migtatoires pourront faire des vérifications afin de confirmer que l’offre est valable et que l’employeur existe réellement.
3. les autorités migratoire en fonction des vérifications émettront l’une des ces réponses :
a) Réponse positive : les autorités émmetront un nouveau document migratoire qui indique que la personne étrangère possède un permis de travail , pour tel emploi.
B) Réponse négative : les autorités émettront un documents de refus fondé et expliqué et rendront à la personne étrangère sa carte de résident temporaire si elle est toujours autorisée à rester sur le territoire.

S’il se trouve que le document demandé n’est pas validé et la personne étrangère non réahabilitée au même statut migtatoire, elle bénéficiera d’un temps entre 20 et 30 jours pour quitter le territoire national, demander la régularisation de sa situation migratoire ou interpeller la justice pour faire valoir ses droits.

Important : les personnes physique ou morales qui proposent un emploi à un étranger doivent au préalables obtenir une « constancia de inscription de empleador ».

Voilà vous savez tout. Il est donc encore un peu confus de travailler au Mexique avec un PVT à moins d’avoir déjà une offre d’emploi avant de partir, voir une entreprise qui prendra en charge les frais lié à la carte et au permis. Une fois votre carte en poche il faut donc commencer par trouver un employer (inscrit au registre du commerce et des employeurs) et ensuite grâce à sa promesse d’embauche vous porurrez solliciter le permis.

Reste à savoir si ici au Mexique, les petits commerces sont enregistré. Vous m’enverrez vos retours. Après près des stations balnéaires, playa del Cramen, Cancun, les services hotelliers sont plus au fait des démarches.

Allez !!! Bon courage !!!

Mon PVT en Australie #1: Le Travail

Il faudra plusieurs articles pour vous parler en détails de mon permis vacances travail et de mon voyage en Australie tant celui-ci fut riche. J’ai décidé de commencer par la partie travail car c’est celle dont on a généralement le moins de retour. Pour les démarches vous trouverez facilement de quoi vous renseigner et des tutoriels très complets sur les pages dédiés telles que Pvtistes.net ou Whv.com. Facile à obtenir et plutôt abordable, nombreux sont les français qui ont déjà foulé le sol Australien. Vous trouverez donc nombreux récits d’expériences. Existant depuis de nombreuses années et testé par moultes voyageurs, le PVT Australien est le plus facile pour se lancer dans l’aventure. Les Autraliens eux même savent très bien en quoi consiste le programme ce qui facilite les choses pour les démarche mais entraîne nombreuses dérives.

Je vous raconte tout :

Arrivés le 9 Février à Melbourne, mon travelmate Ben et moi avons profités une bonne semaine de la ville avant de nous lancer dans la recherche travail. Avec seulement quelques économies, nous n’avions pas encore de quoi acheter la voiture de nos rêves pour nous lancer sur les pistes de sable. Nous nous sommes procuré le Harvest guide, le bouquin du woofing et nous rendions chaque matin à la bibliohèque (le wifi étant souvent en suplément dans les auberge de jeunesse). Vite, nous nous sommes rendu compte qu’il ne serait pas si facile de trouver du boulot depuis la ville, sans voiture. En effet, même si à l’époque nous ne prévoyons pas de rester une deuxième année, nous souhaitions tout de même effectuer nos 88 jours (nécessaire pour obtenir une extension de visa) pour nous laisser l’option. Afin ne pas courir après ces jours tout le voyage, nous avons décidés de commencer par ça.

A Savoir : Le Harvest Guide, ne vous permet pas de trouver du travail.Il vous indique dans les grandes lignes où ont lieu les différentes récoltes. Celles-ci dépendent évidemment du climat de l’année et peuvent donc être décalées de plusieurs semaines par rapport à ce qui y est écrit. Nous vous conseillons d’appeler tout les jours en précisant que vous avez une voiture (même si ce n’est pas le cas), et chaque jour affirmez que vous êtes dans un état différent pour tâter le terrain (on ne vous donnera les plans que si vous vous trouvez déjà dans l’état, mentez vous vous déplacerez après).

Bref, le harvest guide nous disait qu’il n’y avait aucun job pour nous. Les numéros de ferme que nous trouvions dans le bottin nous répondait soit que leurs équipes étaient au complet, qu’ils n’étaient pas en période de récolte. Nous avons compris qu’il fallait être sur place, pour comprendre la situation. Nous sommes nombreux et les places sitôt libres, sont prises. Nos voulions aller vers le sud, proche de la Yarra Valley où il y a des vignes et avons donc choisi un woofing à Torquay. Chez Cynthia, vous la trouverez dans le guide.

Le WOOFING :
C’est tout de même une idée formidable si tout le monde respecte le deal. Contre 4 heures de travail par jour, nous avions notre chambre avec salle de bain et salon/TV. Nous avons convenu de jardiner de 8H à 12H00 et avions donc tout nos après midi pour aller trainer avec les surfers sur les plages de Torquay ou dans les vagues de Bell’s Beach. Auparavant, Cynthia possédait une petite boutique pour vendre ses légumes et herbes. La vente n’existait plus mais grande fan, elle possédait un jardin immense ainsi qu’un potagé. Nos tâches consistaient majoritairement en l’entretient de ces espaces verts. Nous avons aussi lavé les vitres, entretenu les gouttières, poncé/repeind le salon de jardin. Sous le soleil Australien, le boulot a l’extérieur est plutôt agréable. Nous avions un sandwich consistant le midi et un bon repas le soir. Plutôt honnête donc, mais ceci ne nous permettait pas de mettre de l’argent de coté pour la voiture… nous avons donc du changer de plan.

A SAVOIR : Si vous voulez travailler en dès le départ ou durant votre voyage, prévoyez d’arriver sur les lieux de récolte au tout début de la saison. Nous pensions arriver pendant la guerre en Février, oui, mais un peu tard. Les équipes étaient déjà en place, nous étions plutôt vers la fin du raisin cette année là !! Attention préparez vous plutôt dès décembre, enfin quand il fait bien chaud quoi !!

Pour être sûr de trouver nous nous sommes rabattu vers les lieux les plus prisés par les backpackers, vous en trouverez plusieurs. (Bundaberg, Mildura…) Au téléphone un homme nous proposait de faire les vendanges à Mildura, pas trop mal payé « Au bucket » (au panier, à la tache)… nous avons décidé de tenter et avons pris le bus. Arrivés tard, tout les camping était fermés, y compris celui où nous avions pourtant prévenu de notre venue. Nous avons dormi dehors, en face, sur un carré d’herbe. Pas de nouvelles de notre homme ni ce jour là, ni le lendemain. Nous avons compris qu’il s’agissait plus ou moins d’une arnaque.
Un peu dépités, nous recommencions du camping à chercher les plans dans le coin. Nous savions qu’il y en avait mais où… et sans voiture…. Petit à petit nous avons compris : le mec nous a rapellé un certain Tonio et nous a donné rendez vous dans un backpacker hostel à Mildura, il avait du boulot pour nous mais nous devions habiter dans son hotel et lui payer le loyer. Seulement, pour l’instant il n’avait pas de place. Pour nous garder sous le coude, il nous à quand même donné rendez vous le lendemain pour une journée de vendange au « Bucket », un chauffeur nous emmenerait.

A 7H00 nous étions à l’hôtel, la journée à été éprouvante, nous avons travaillé d’arrache pied, compté nos seaux. Nous avons été payés une misère, il était hors de question que l’on recommence. Le paysan ne nous à pas payé directement, c’est Tonio qui nous payerai. Pendant 3 jours on a couru après nos sous et compris assez vite que temps que nous ne  payerons pas de loyer nous n’aurions que ce genre de boulot. Les premiers arrivés dans l’hôtel et là depuis plus longtemps ayant les meilleurs places.
BIENVENUE DANS LA MAFIA DU FRUIT ET LEGUME !!
Sans voiture pour nous démerder nous n’avions d’autres options que de jouer le jeu. En pleine saison, nous avons trouvé le seul working hostel qui avait encore de la place, pour pas trop cher et qui nous promettait du travail et nous avons foncés.

Les WORKING HOSTELS :
Le premiers working hostel que nous avons fait n’était pas si mal. Nous étions 4 par chambre (un coté fille, un côté garçon) les chambres a deux en suplément. Nous n’étions pas trop nombreux ce qui permet de se connaitre très vite et rend la choses agréable comme une grosse coloc. Le ménage laissait à désirer mais nous avions un toit, nous étions en Australie. La route vous fait tirer un trait sur l’idée de confort. Le Hic: nous avons attendu 2 semaines le travail tout en payant chaque vendredi en cash. Nous commencions à avoir besoin de boulot ! Surtout, harceler votre loueur chaque jour pour ne pas qu’il vous oubli. Partir dans une autre auberge aurait donné la même chose nous devions attendre notre tour (d’où l’intérêt d’être là avant). Finalement un couple est parti et nous avons récupéré leur place dans une usine qui fabriquait les boites en polystirène dans lesquelles les légumes de Mildura sont emballés. Nous étions bien payé, environ 20 dollars/heures, nous faisions les postes, les nuits payaient plus…mais cela ne comptait pas pour nos jours. Au bout de 3 semaines ils n’ont plus eu besoin de moi. Ben est resté. J’ai rappelé les hostels avec vraiment l’idée de faire mes jours. On m’a proposé de bosser pour un maraiché, j’ai accepté et changé d’hostel.
Là a commencé la pire partie de mon voyage qui a durée 50 jours. Je suis arrivée dans une usine à backpacker, nous étions toujours 4 par chambres mais dans un espace minuscule. Le ménage consistait une fois par semaine dans le simple vidage de la poubelle. On nous donnait a l’arrivée un bol, une tasse, un couteau et une fourchette nous conseillant de les garder cachés avec notre nourriture dans nos chambres pour éviter le vol. La salle de bain et notre toilette faisaient partie intégrante de nos 9m2 pour 4. Des gens partout, la fête tout le temps peut import les horaires de boulot de chacun, les mecs qui vomissent dans nos chaussures devant la porte nous obligeant à rentrer dans notre cellule les habits qui puent l’usine de garlic (ail) ou la boue de mes champs de maïs. MAIS, je bossais tout les jours, samedi et dimanche inclus. J’ai réussi à obtenir du fermier dur en affaires et au regard lubrique qu’il me donne 900 dollards par semaine si j’acceptais de conduire le tracteur et de prendre en charge l’organisation des récoltes. J’ai appris vite, il a donc fini par être sympa et la vue du soleil levant sur les cultures m’aidait à tenir. j’ai rencontré dans tout ce lot quelques personnes très sympa. La plupart des autres passeraient leur PVT entier dans ce taudit, dépensant le weekend ce qu’ils avaient durement gagné la semaine. Ce n’était pas l’Australie qui les intéressaient et quitte à faire la fête, je n’ai pas compris pourquoi à Mildura. Enfin, chacun son voyage et dès que Ben eu fini à l’usine nous avons acheté une voiture à Mildura et nous avons taillé la route vers Adélaïde pour débuter l’organisation de notre road trip, je vous raconterai ça.

Après un mois et demi de paysages, de beauté et de vacances, la meilleure partie de mon voyage, nous sommes arrivés a Darwin. Heureux mais totalement broke. Et l’histoire du boulot recommençait. Nous n’avions pas envie de retourner en Hostel, surtout que maintenant nous avions notre voiture aménagée. En remontant nous nous sommes arrêtés dans toutes les fermes de mangues le long de la route, mais cette fois nous étions là trop tôt. Nous avons squatté notre voiture le long des banlieues bourgeoises de Darwin en continuant de nous rendre à la bibliothèque. Nous avons pris un botin et appelé toutes les fermes, tout les paysagistes, pépinières, bateaux de pêches… aucune réponses positives. Trop tôt pour les mangues, déjà des gens ailleurs. Pendant deux jour nous avons travaillés pour la DARWINCUP (course de chevaux) qui recrute beaucoup de monde, mais cela ne suffirait pas. Nous étions a deux doigts de remonter dans un avion et avions prévu de vendre la voiture à un couple de français quand soudain, un soir, la société LANDSCAPING nous a téléphoné. Ils avaient besoin de 2 français motivés pour le lendemain.

Travailler Directement pour le Boss: 
Devant une maison de Darwin, nous avons donc retrouvé un couple d’Australiens qui nous attendait. Ils avaient leur société de Landscaping, beaucoup de commandes et donc besoin d’aide pour un moment. Nous serions payés au black 21 dollars de l’heure. Voilà qui ne compterai pas pour nos jours mais nous remettrai sur pied. En apprenant que nous dormions dans notre voiture le boss a aussi décidé de nous payer le camping à Lee Point, à coté d’une plage magnifique et nous a formellement interdit de vendre notre super 4X4 Mitsubishi. Nous en aurions besoin pour le boulot et surtout je crois que pour lui être en voyage en Australie sans voiture était une belle connerie. Nous nous sommes super bien entendu avec eux et pendant un mois nous avons déroulé des pelouses, planté des fleurs, creusé des tranchées pour installer l’arrosage automatique. Nous commencions vers 8H00 et finissions à 17H00, une bonne pause pour manger à midi… c’était vraiment très chouette et les adieux ont été déchirants.

Nous avons poursuivi notre route vers Cairns. J’ai due ensuite rentrer pour des raisons personnelles mais Ben est resté et il a trouvé un nouveau travail dans la campagne, près de Brisbane. Une usine également mais d’emballage de légume qui cette fois comptait pour le visa. Il y a réalisé tout pile ces 88 jours avant d’être renouvellé. Il a pu ensuite s’orienter vers d’autres boulots, dans les bars ou chez un antiquaire.

Donc pour résumer penser à vous y prendre à l’avance pour les boulots dans les fermes, soyez là avant les autres quitte à attendre un peu sur place. Si vous le pouvez, évitez les backpackers hostels même si bon c’est aussi un moyen de trouver du boulot, écumés les botins. Pensez le plus tôt possible à la voiture avec laquelle vous pourrez vous rendre directement dans les fermes. Attention au SMS et mails qui vous vendent le boulot de rêve c’est souvent des arnaques ou des appâts de working hostel et surtout, surtout, ne perdez jamais espoir, parfois c’est dur mais ne baissez pas les bras vous finirez par trouver.

Ultime conseil : Pour ceux qui sont intéressés pour la construction passer au plus vite votre white card sur internet. C’est payant mais cela vaut le coup niveau boulot. quand à ceux qui s’oriente vers les bars, il y a également une certification à passer pour quelques dollars mais indispensable pour vendre de l’alcool !!! Au boulot  !!