Mon PVT en Australie #1: Le Travail

Il faudra plusieurs articles pour vous parler en détails de mon permis vacances travail et de mon voyage en Australie tant celui-ci fut riche. J’ai décidé de commencer par la partie travail car c’est celle dont on a généralement le moins de retour. Pour les démarches vous trouverez facilement de quoi vous renseigner et des tutoriels très complets sur les pages dédiés telles que Pvtistes.net ou Whv.com. Facile à obtenir et plutôt abordable, nombreux sont les français qui ont déjà foulé le sol Australien. Vous trouverez donc nombreux récits d’expériences. Existant depuis de nombreuses années et testé par moultes voyageurs, le PVT Australien est le plus facile pour se lancer dans l’aventure. Les Autraliens eux même savent très bien en quoi consiste le programme ce qui facilite les choses pour les démarche mais entraîne nombreuses dérives.

Je vous raconte tout :

Arrivés le 9 Février à Melbourne, mon travelmate Ben et moi avons profités une bonne semaine de la ville avant de nous lancer dans la recherche travail. Avec seulement quelques économies, nous n’avions pas encore de quoi acheter la voiture de nos rêves pour nous lancer sur les pistes de sable. Nous nous sommes procuré le Harvest guide, le bouquin du woofing et nous rendions chaque matin à la bibliohèque (le wifi étant souvent en suplément dans les auberge de jeunesse). Vite, nous nous sommes rendu compte qu’il ne serait pas si facile de trouver du boulot depuis la ville, sans voiture. En effet, même si à l’époque nous ne prévoyons pas de rester une deuxième année, nous souhaitions tout de même effectuer nos 88 jours (nécessaire pour obtenir une extension de visa) pour nous laisser l’option. Afin ne pas courir après ces jours tout le voyage, nous avons décidés de commencer par ça.

A Savoir : Le Harvest Guide, ne vous permet pas de trouver du travail.Il vous indique dans les grandes lignes où ont lieu les différentes récoltes. Celles-ci dépendent évidemment du climat de l’année et peuvent donc être décalées de plusieurs semaines par rapport à ce qui y est écrit. Nous vous conseillons d’appeler tout les jours en précisant que vous avez une voiture (même si ce n’est pas le cas), et chaque jour affirmez que vous êtes dans un état différent pour tâter le terrain (on ne vous donnera les plans que si vous vous trouvez déjà dans l’état, mentez vous vous déplacerez après).

Bref, le harvest guide nous disait qu’il n’y avait aucun job pour nous. Les numéros de ferme que nous trouvions dans le bottin nous répondait soit que leurs équipes étaient au complet, qu’ils n’étaient pas en période de récolte. Nous avons compris qu’il fallait être sur place, pour comprendre la situation. Nous sommes nombreux et les places sitôt libres, sont prises. Nos voulions aller vers le sud, proche de la Yarra Valley où il y a des vignes et avons donc choisi un woofing à Torquay. Chez Cynthia, vous la trouverez dans le guide.

Le WOOFING :
C’est tout de même une idée formidable si tout le monde respecte le deal. Contre 4 heures de travail par jour, nous avions notre chambre avec salle de bain et salon/TV. Nous avons convenu de jardiner de 8H à 12H00 et avions donc tout nos après midi pour aller trainer avec les surfers sur les plages de Torquay ou dans les vagues de Bell’s Beach. Auparavant, Cynthia possédait une petite boutique pour vendre ses légumes et herbes. La vente n’existait plus mais grande fan, elle possédait un jardin immense ainsi qu’un potagé. Nos tâches consistaient majoritairement en l’entretient de ces espaces verts. Nous avons aussi lavé les vitres, entretenu les gouttières, poncé/repeind le salon de jardin. Sous le soleil Australien, le boulot a l’extérieur est plutôt agréable. Nous avions un sandwich consistant le midi et un bon repas le soir. Plutôt honnête donc, mais ceci ne nous permettait pas de mettre de l’argent de coté pour la voiture… nous avons donc du changer de plan.

A SAVOIR : Si vous voulez travailler en dès le départ ou durant votre voyage, prévoyez d’arriver sur les lieux de récolte au tout début de la saison. Nous pensions arriver pendant la guerre en Février, oui, mais un peu tard. Les équipes étaient déjà en place, nous étions plutôt vers la fin du raisin cette année là !! Attention préparez vous plutôt dès décembre, enfin quand il fait bien chaud quoi !!

Pour être sûr de trouver nous nous sommes rabattu vers les lieux les plus prisés par les backpackers, vous en trouverez plusieurs. (Bundaberg, Mildura…) Au téléphone un homme nous proposait de faire les vendanges à Mildura, pas trop mal payé « Au bucket » (au panier, à la tache)… nous avons décidé de tenter et avons pris le bus. Arrivés tard, tout les camping était fermés, y compris celui où nous avions pourtant prévenu de notre venue. Nous avons dormi dehors, en face, sur un carré d’herbe. Pas de nouvelles de notre homme ni ce jour là, ni le lendemain. Nous avons compris qu’il s’agissait plus ou moins d’une arnaque.
Un peu dépités, nous recommencions du camping à chercher les plans dans le coin. Nous savions qu’il y en avait mais où… et sans voiture…. Petit à petit nous avons compris : le mec nous a rapellé un certain Tonio et nous a donné rendez vous dans un backpacker hostel à Mildura, il avait du boulot pour nous mais nous devions habiter dans son hotel et lui payer le loyer. Seulement, pour l’instant il n’avait pas de place. Pour nous garder sous le coude, il nous à quand même donné rendez vous le lendemain pour une journée de vendange au « Bucket », un chauffeur nous emmenerait.

A 7H00 nous étions à l’hôtel, la journée à été éprouvante, nous avons travaillé d’arrache pied, compté nos seaux. Nous avons été payés une misère, il était hors de question que l’on recommence. Le paysan ne nous à pas payé directement, c’est Tonio qui nous payerai. Pendant 3 jours on a couru après nos sous et compris assez vite que temps que nous ne  payerons pas de loyer nous n’aurions que ce genre de boulot. Les premiers arrivés dans l’hôtel et là depuis plus longtemps ayant les meilleurs places.
BIENVENUE DANS LA MAFIA DU FRUIT ET LEGUME !!
Sans voiture pour nous démerder nous n’avions d’autres options que de jouer le jeu. En pleine saison, nous avons trouvé le seul working hostel qui avait encore de la place, pour pas trop cher et qui nous promettait du travail et nous avons foncés.

Les WORKING HOSTELS :
Le premiers working hostel que nous avons fait n’était pas si mal. Nous étions 4 par chambre (un coté fille, un côté garçon) les chambres a deux en suplément. Nous n’étions pas trop nombreux ce qui permet de se connaitre très vite et rend la choses agréable comme une grosse coloc. Le ménage laissait à désirer mais nous avions un toit, nous étions en Australie. La route vous fait tirer un trait sur l’idée de confort. Le Hic: nous avons attendu 2 semaines le travail tout en payant chaque vendredi en cash. Nous commencions à avoir besoin de boulot ! Surtout, harceler votre loueur chaque jour pour ne pas qu’il vous oubli. Partir dans une autre auberge aurait donné la même chose nous devions attendre notre tour (d’où l’intérêt d’être là avant). Finalement un couple est parti et nous avons récupéré leur place dans une usine qui fabriquait les boites en polystirène dans lesquelles les légumes de Mildura sont emballés. Nous étions bien payé, environ 20 dollars/heures, nous faisions les postes, les nuits payaient plus…mais cela ne comptait pas pour nos jours. Au bout de 3 semaines ils n’ont plus eu besoin de moi. Ben est resté. J’ai rappelé les hostels avec vraiment l’idée de faire mes jours. On m’a proposé de bosser pour un maraiché, j’ai accepté et changé d’hostel.
Là a commencé la pire partie de mon voyage qui a durée 50 jours. Je suis arrivée dans une usine à backpacker, nous étions toujours 4 par chambres mais dans un espace minuscule. Le ménage consistait une fois par semaine dans le simple vidage de la poubelle. On nous donnait a l’arrivée un bol, une tasse, un couteau et une fourchette nous conseillant de les garder cachés avec notre nourriture dans nos chambres pour éviter le vol. La salle de bain et notre toilette faisaient partie intégrante de nos 9m2 pour 4. Des gens partout, la fête tout le temps peut import les horaires de boulot de chacun, les mecs qui vomissent dans nos chaussures devant la porte nous obligeant à rentrer dans notre cellule les habits qui puent l’usine de garlic (ail) ou la boue de mes champs de maïs. MAIS, je bossais tout les jours, samedi et dimanche inclus. J’ai réussi à obtenir du fermier dur en affaires et au regard lubrique qu’il me donne 900 dollards par semaine si j’acceptais de conduire le tracteur et de prendre en charge l’organisation des récoltes. J’ai appris vite, il a donc fini par être sympa et la vue du soleil levant sur les cultures m’aidait à tenir. j’ai rencontré dans tout ce lot quelques personnes très sympa. La plupart des autres passeraient leur PVT entier dans ce taudit, dépensant le weekend ce qu’ils avaient durement gagné la semaine. Ce n’était pas l’Australie qui les intéressaient et quitte à faire la fête, je n’ai pas compris pourquoi à Mildura. Enfin, chacun son voyage et dès que Ben eu fini à l’usine nous avons acheté une voiture à Mildura et nous avons taillé la route vers Adélaïde pour débuter l’organisation de notre road trip, je vous raconterai ça.

Après un mois et demi de paysages, de beauté et de vacances, la meilleure partie de mon voyage, nous sommes arrivés a Darwin. Heureux mais totalement broke. Et l’histoire du boulot recommençait. Nous n’avions pas envie de retourner en Hostel, surtout que maintenant nous avions notre voiture aménagée. En remontant nous nous sommes arrêtés dans toutes les fermes de mangues le long de la route, mais cette fois nous étions là trop tôt. Nous avons squatté notre voiture le long des banlieues bourgeoises de Darwin en continuant de nous rendre à la bibliothèque. Nous avons pris un botin et appelé toutes les fermes, tout les paysagistes, pépinières, bateaux de pêches… aucune réponses positives. Trop tôt pour les mangues, déjà des gens ailleurs. Pendant deux jour nous avons travaillés pour la DARWINCUP (course de chevaux) qui recrute beaucoup de monde, mais cela ne suffirait pas. Nous étions a deux doigts de remonter dans un avion et avions prévu de vendre la voiture à un couple de français quand soudain, un soir, la société LANDSCAPING nous a téléphoné. Ils avaient besoin de 2 français motivés pour le lendemain.

Travailler Directement pour le Boss: 
Devant une maison de Darwin, nous avons donc retrouvé un couple d’Australiens qui nous attendait. Ils avaient leur société de Landscaping, beaucoup de commandes et donc besoin d’aide pour un moment. Nous serions payés au black 21 dollars de l’heure. Voilà qui ne compterai pas pour nos jours mais nous remettrai sur pied. En apprenant que nous dormions dans notre voiture le boss a aussi décidé de nous payer le camping à Lee Point, à coté d’une plage magnifique et nous a formellement interdit de vendre notre super 4X4 Mitsubishi. Nous en aurions besoin pour le boulot et surtout je crois que pour lui être en voyage en Australie sans voiture était une belle connerie. Nous nous sommes super bien entendu avec eux et pendant un mois nous avons déroulé des pelouses, planté des fleurs, creusé des tranchées pour installer l’arrosage automatique. Nous commencions vers 8H00 et finissions à 17H00, une bonne pause pour manger à midi… c’était vraiment très chouette et les adieux ont été déchirants.

Nous avons poursuivi notre route vers Cairns. J’ai due ensuite rentrer pour des raisons personnelles mais Ben est resté et il a trouvé un nouveau travail dans la campagne, près de Brisbane. Une usine également mais d’emballage de légume qui cette fois comptait pour le visa. Il y a réalisé tout pile ces 88 jours avant d’être renouvellé. Il a pu ensuite s’orienter vers d’autres boulots, dans les bars ou chez un antiquaire.

Donc pour résumer penser à vous y prendre à l’avance pour les boulots dans les fermes, soyez là avant les autres quitte à attendre un peu sur place. Si vous le pouvez, évitez les backpackers hostels même si bon c’est aussi un moyen de trouver du boulot, écumés les botins. Pensez le plus tôt possible à la voiture avec laquelle vous pourrez vous rendre directement dans les fermes. Attention au SMS et mails qui vous vendent le boulot de rêve c’est souvent des arnaques ou des appâts de working hostel et surtout, surtout, ne perdez jamais espoir, parfois c’est dur mais ne baissez pas les bras vous finirez par trouver.

Ultime conseil : Pour ceux qui sont intéressés pour la construction passer au plus vite votre white card sur internet. C’est payant mais cela vaut le coup niveau boulot. quand à ceux qui s’oriente vers les bars, il y a également une certification à passer pour quelques dollars mais indispensable pour vendre de l’alcool !!! Au boulot  !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s